Article “Peut-on gagner de l’argent
avec des bouteilles de vin ?” –
La réponse de U’Wine

Suite à la parution de l’article « Peut-on gagner de l’argent avec des bouteilles de vin ?” » dans le magazine Capital Spécial Luxe, U’Wine souhaite apporter une réponse et un nouvel éclairage sur le contenu de l’article.

2020-12-10-CAPITAL HORS SERIE-Decembre 2020 - fevrier 2021-10000000060248190 copie 32020-12-10-CAPITAL HORS SERIE-Decembre 2020 - fevrier 2021-10000000060248190 copie 2

1. L’envolée des prix des vins d’exception

Même si les Grands Crus voient leur valeur augmenter avec le temps et lorsque les stocks diminuent, il est plutôt réducteur de s’intéresser uniquement au top 10 des vins les plus chers du monde.

Les vins d’exception listé dans la première partie de l’article ont atteint des valeurs pharaoniques ; si vous achetez la fameuse bouteille de Romanée Conti 1945 à 14 173€, rien aujourd’hui ne vous garantit que vous pourrez la revendre dans 2 ou 5 ans plus chère, sachant que vous l’avez déjà acheté très cher. Par ailleurs, rien ne démontre que le cédant a fait une plus-value ? Le seul certain d’avoir réalisé une plus-value est en fait le premier acheteur de cette bouteille à la propriété. Il est donc trompeur de croire que ces records et prises de valeurs peuvent être une performance pour un investisseur. Ces bouteilles rares et chères ont un débouché à la revente très étroit, limité à des collectionneurs. Ces derniers détermineront un prix selon leurs propres limites, sans logique de valeur de marché. Le risque de non-liquidité à la revente est ainsi très important.

Par ailleurs, un investissement dans le vin ne peut pas se résumer à l’achat de Grands Crus de Bourgogne, qui aujourd’hui ont des prix d’achat intouchables. Un portefeuille de vin doit refléter un juste panachage de plusieurs éléments :

  • Une diversification des régions : Bordeaux, Loire, Vallée du Rhône… il existe des vins « liquides » dans toutes les régions
  • Une diversification des millésimes, pour permettre des dégustations variées et lisser le « risque millésime »
  • Une diversification des types de vins. On peut dédier une partie de sa cave à des grandes étiquettes mais pas seulement. Certes ces vins auront une forte « liquidité » mais leur potentiel de valorisation sera limité (nous ne sommes plus dans le contexte où les prix à l’achat étaient très bas). De fait, leur potentiel de valorisation sera limité. En revanche, il est pertinent de parier sur des vins moins connus, en devenir et qui ont de très beaux potentiels et de s’intéresser au projet porté par le vigneron. La liquidité sera moindre, mais le potentiel de valorisation beaucoup plus intéressant. Par ailleurs, des vins de catégorie intermédiaire sont aussi très intéressants pour composer un portefeuille solide, équilibré et porteur.

2. « La valeur financière d’un vin ne se mesure qu’à la liquidité »

Ce que dit Thierry Goddet de Cavissima est tout à fait vrai. Un prix robuste est expliqué par le nombre d’échange effectués à ce prix. Attention, ce n’est parce qu’il y a de la liquidité (à savoir des échanges) sur un vin qu’il y a forcément de la performance.

3. Les indices des cours ont progressé de 4 à 8% en moyenne par an sur les vingt dernières années

Sur du très long terme, les indices ont bien offert 4 à 8% par an de performance brute. En revanche, depuis 5 ans, le Liv Ex Fine Wine 100 ne dépasse par 2% par an, soit une performance nette de -1%. Il faut bien retenir que la recherche d’une performance de marché ne suffit à offrir de la performance.

4. “Nos clients savent parfaitement lire une étiquette et ont déjà des idées bien arrêtées lorsqu’ils viennent nous consulter pour qu’on leur apporte toutes les informations nécessaires avant d’investir dans des bouteilles d’exception ».

Ces propos ne s’appliquent ni au modèle économique de U’Wine ni à la vision de Thomas…

U’Wine est dans un rôle de conseiller, d’accompagnateur et de gestionnaire de la cave pour ses clients. Chaque client mandate U’Wine pour lui sélectionner, lui acheter, lui gérer, lui livrer et/ou lui revendre sa cave pour son compte. Même si nos Clients ont certaines connaissances dans le vin, il appartient à U’Wine de faire le travail entièrement pour eux. Le Client choisit au préalable un profil de cave et U’Wine se charge de sélectionner les bouteilles.

Par ailleurs, la stratégie de U’Wine quant à la sélection des vins ne se limite pas aux bouteilles d’exception. Comme expliqué plus haut, notre philosophie de gestion de cave est beaucoup plus élargie. Une cave U’Wine va être composée de 1% U’Wine, à savoir la sélection de vins chinés et travaillée par nos experts. On y retrouve de très belles étiquettes et des Premiers Crus, des vins à notoriété moyenne mais aussi et surtout des Rising Stars, ces pépites encore peu connues et qui méritent d’être découvertes.

Finalement, U’Wine n’optimise pas seulement la cave des particuliers, mais la gère en totalité ! Nous définissons notre mission de la manière suivante : « Avec excellence, passion et innovation, nous transmettons la culture des Grands Crus et apportons plaisir et émotion aux amateurs de vin du monde entier ; nous les accompagnons dans la constitution et la réussite de leur cave et leur offrons un accès aux 1% des plus beaux terroirs. »