BFM Business reçoit U’Wine ! Interview de Quentin Chaperon

U’Wine était sur BFM Business le lundi 5 août dans l’émission Inside. Quentin Chaperon, Directeur de la Relations Châteaux, était interviewé par Jean-Christophe Roissé sur la mission de U’Wine et le marché américain à l’heure des menaces de Donald Trump sur les taxes sur le vin. Retour sur cet échange.

Introduction sur U’Wine

Suite aux questions du journaliste, Quentin Chaperon a présenté U’Wine, “une société de négoce qui conçoit, gère et optimise la cave des particuliers du monde entier“. U’Wine stocke les bouteilles de ses clients à Bordeaux après un passage dans les ports francs de Genève, afin de leur faire bénéficier d’un régime de suspension de TVA. U’Wine est aussi une nouvelle forme de maisons de négoce 3.0, proposant via son application de gestion de cave un ensemble de services digitaux à ses clients (conciergerie, boutique en ligne…).

Le marché américain et ses taxes

Dans un tweet publié le 26 juillet, le locataire de la Maison blanche a implicitement menacé de surtaxer les exportations de vin français, en réaction à la décision de la France de taxer les géants américains du numérique (taxe dite « GAFA »). Le marché américain représente 12% en volume (2e plus gros après l’Allemagne) et 18% en valeur pour le vin français. L’importances des Etat-Unis est cependant à nuancer car les autres pays majeurs (Allemagne, Royaume-Uni et Chine) sont très proches et la répartition est plutôt équilibrée (entre 12 et 18%). Le système des taxes est le suivant:

  • Taxe sur un vin américain exporté en Union Européenne : entre 0,10 et 0,30€ par bouteille selon le degré d’alcool
  • Taxe sur un vin européen entrant aux Etats-Unis : entre 0,05 et 0,15€ par bouteille

En effet, les vins américains sont deux fois plus taxés que les vins français, mais une hausse des taxe n’aurait pas un impact important. Les Américains sont de grands amateurs de grands vins avec un prix moyen à la bouteille élevé. L’impact serait donc faible sur le consommateur final et l’attractivité des Grands Crus français reste malgré tout très forte, comme l’explique Quentin: “une taxe à 30 centimes sur une bouteille entre 50 et 300€, cela reste l’épaisseur du trait“.

Le vin comme un objet de placement

Jean-Christophe Roissé a ensuite questionné Quentin sur le vin comme objet d’investissement et sur les rendements que l’on peut escompter pour ce type d’investissement. Comme il le précise, “le vin est un produit qui demande du temps (…) l’investissement dure au minimum 5 ans “. Il est ainsi trompeur de penser qu’un tel investissement peut apporter des résultats au bout de quelques mois voir quelques semaine. U’Wine vise un rendement “entre 5 et 8% net par an” en fonction des millésimes. Comme l’explique Quentin, “un grand millésime en terme qualitatif ne sera pas forcément un grand millésime en terme d’investissement, en général les grands millésimes sortent très chers, donc il faut se montrer encore plus patient pour obtenir une valorisation”. La recommandation de U’Wine est également de miser sur plusieurs années afin de lisser l’impact millésime.

La question de la sélection et les points de vigilance

La sélection des vins est un élément clé dans la procédure d’investissement. U’Wine choisit de manière très pointue les vins pour ses clients, avec de nombreux critères présentés par Quentin : “la qualité intrinsèque du vin goûté en Primeur, le prix de sortie du vin, les notes des journalistes ainsi que la dynamique de la propriété.” La force du modèle U’Wine c’est d’apporter une connaissance du client final aux viticulteurs et de répondre au problème de maîtrise de distribution des vins par les Domaines. Pour autant, U’Wine n’est pas le seul acteur présent sur ce marché et il est nécessaire d’être prudent quant aux choix de la société. 3 éléments clés doivent être contrôlés :

  • L’enregistrement par l’AMF de l’offre d’investissement dans le vin (véritable gage de sécurité)
  • Le référencement de l’offre par des banques privées ou des grands family offices
  • Les promesses de rendement affichées (on peut attendre en moyenne 5-8% net par an)

Illustration #3 - News